MENU

Otto Skorzeny

CYBER HOBBY

Otto Skorzeny

Disponibilité : Rupture de stock

Numéro produit : 1532

Référence : DRF 70118

Type : Figurines complètes

Nationalité : Allemagne

Période : Seconde guerre mondiale

Me prévenir lorsque cet article est à nouveau disponible


Cet article n'est plus disponible
Il est possible que nous ayons un réapprovisionnement de cet article, cependant, nous n'avons aucune date ni aucune garantie que ce soit la cas.

Me prévenir lorsque cet article est en déboîtage

Ajouter à ma liste de souhaits

Vous devez être connecté : Connexion

Prévenir un(e) ami(e)

Détails

1/6 "Otto Skorzeny", Haupsturmführer Italy 1943

 

Otto Skorzeny (12 juin 1908, Vienne - 7 juillet 1975, Madrid) est un officier de commando allemand surtout connu pour ses missions audacieuses réalisées lors de la Seconde Guerre mondiale pour le compte d'Adolf Hitler.

Skorzeny naît à Vienne dans une famille autrichienne de la classe moyenne, avec un long passé militaire. Il est de langue maternelle allemande mais parle très bien français et anglais. Étant membre d'un corps franc d'étudiants anti-communistes, il deviendra ingénieur. Un sport d'étudiants, simulacre de duel à l'épée, le Mensuren, très courant à l'époque, le marque d'une cicatrice au visage.

Il rejoint le parti nazi autrichien en 1931, puis les SA. Personnage charismatique, Skorzeny joue un rôle mineur lors de l'Anschluss du 12 mars 1938 où il sauve le président autrichien Wilhelm Miklas qui était sur le point de se faire tuer par des fanatiques nazis.

En 1938, Il rejoint une formation motorisée de la SS, puis intègre l'unité d'élite, la 1re division SS Leibstandarte Adolf Hitler rattachée à la division SS Das Reich.

En avril 1941, il est promu Hauptsturmfürher lors de l'opération Barbarossa où il parvient à faire de nombreux prisonniers.

Le 20 avril 1943, il est de nouveau promu et devient responsable de la nouvelle unité commando d'élite Friedenthal.

Durant l'été 1943, il reçoit comme consigne, d'Adolf Hitler en personne, de retrouver Benito Mussolini, alors emprisonné en Italie, et de le libérer. Dans le cadre de l'opération Eiche, il mène alors une enquête de terrain qui lui permet de repérer l'endroit secret où est emprisonné le Duce et organise secrètement sa libération. Le 12 septembre 1943 à 14h00 (7 heures après l'heure prévue), il délivre Mussolini de sa prison au sommet du Gran Sasso en Italie alors que ce dernier est emprisonné et surveillé par plusieurs soldats italiens qui ont reçu l'ordre de l'exécuter en cas de tentative d'évasion. Ceux-ci ne font pourtant rien pour l'en empêcher. La réussite de cette opération aéroportée est due à l'effet de surprise, mais aussi aux capacités techniques de la « Cigogne du Reich », un avion capable de décoller en moins de 70 m et de se poser en moins de 20 m, avec lequel Mussolini s'échappa avec lui, laissant sur place une vingtaine de soldats Allemands du Kommando Skorzeny.

Il participa aussi à l'opération Rösselsprung en avril et mai 1944 visant à capturer Tito pour perturber le mouvement partisan communiste en Yougoslavie. Tito réussit toutefois à s'échapper et l'opération se solde par un échec dont Skorzeny essayera de se distancer par la suite.

À la demande expresse du Führer, il multiplie les missions à l'intérieur des lignes ennemies. La plus spectaculaire d'entre elles, l'opération Greif, a été de créer un groupe de faux soldats américains dans le but de semer la confusion dans les lignes arrières des Alliés pendant la bataille des Ardennes en décembre 1944, opérant ainsi une des premières attaques false flag de la guerre. Skorzeny sema tellement le trouble dans les lignes arrières américaines qu'on craignit qu'il tente d'assassiner le Commandant en chef des forces alliées en Europe, le général américain Eisenhower. L'opération n'est toutefois pas une réussite selon Skorzeny : une majorité des 600 hommes, aux compétences en anglais insuffisantes et appuyés par une logistique déficiente, est rapidement capturée ou tuée.

Otto Skorzeny était lié au camp de concentration d'Oranienburg Sachsenhausen selon les témoignages des déportés français qui figurent dans l'ouvrage "Sachso"

Vers la fin de la guerre, il participera à la création de Die Spinne (l'araignée), chargée de veiller à la bonne fuite des anciens SS vers l'Italie.

À la fin de la guerre, il est Oberstürmbahnführer et, pour ses exploits, décoré des feuilles de chênes allemandes.

À la reddition allemande en 1945, il est emprisonné pour ses activités nazies mais fut acquitté des charges retenues contre lui. Par la suite, il devint un prospère homme d'affaires, essentiellement dans le commerce d'armes.

Il meurt le 7 juillet 1975 d'un cancer à Madrid.

 

Plus de détails cliquez ici

Commentaires
Aucun commentaire pour ce produit

Poser une question

Articles similaires
Ces articles peuvent vous intéresser